Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baudouin.gregory.over-blog.com

baudouin.gregory.over-blog.com

Honneur et Patrie, telle est ma devise. Ancien des Troupes Aéroportées, je suis Président du Cercle Jean Moulin. Patriote Républicain; Jean Pierre Chevènement est, avec Jean Moulin, ma référence. Retrouvez ici ma chronique et l'actualité de Jean Pierre Chevènement


Mon drapeau : debout et sans peur par Grégory Baudouin

Publié par Grégory Baudouin sur 26 Novembre 2015, 22:36pm

Catégories : #la Chronique, #Grégory Baudouin

Vendredi 26 novembre 2015 la Nation rendra hommage aux victimes des attentats aux Invalides. Pour l’occasion, le Président Hollande a demandé à ce que les Citoyens de France pavoisent leur domicile du drapeau tricolore.

 

J’en entends déjà qui poussent des cris d’orfraie, appellent au boycott, sous couvert de récupération politique. Pauvres cons qu’ils sont.   Ils ne s’aperçoivent pas combien ils sont, eux, manipulés par leurs gourous politiques ; et comme par hasard c’est la frange la plus dure de la droite, alliée de circonstances à une certaine extrême-gauche, sans parler de la fange politique qu’est l’extrême- droite.

 

Je n’ai pas attendu les désidératas de la Présidence. Dès le samedi ma maison était pavoisée de cinq drapeaux, mon taxi avait des rubans tricolores aux rétroviseurs, mon chien se couvrait d’un drapeau pour rendre hommage à Diesel, malinois du RAID décédé dans l’attaque du domicile du comique Jawad.

 

Je suis Patriote, je suis Républicain, de fait je ne peux être facho. On a trop laissé notre drapeau tricolore à l’héritière et au gâteux qui diffusait dans sa jeunesse des disques de la Wehrmacht. Ce n’est pas être ringard que d’aimer ce drapeau. Ce n’est pas être supporter du football que d’aimer ce drapeau. C’est aimer la Patrie et toutes ses valeurs Républicaines Liberté, Egalité, FRATERNITE, laïcité.

 

Ce drapeau il ne nous vient pas de la nuit des temps, il nous vient de la Révolution, il nous vient de ce qui a constitué la France d’aujourd’hui. N’est-elle pas belle cette Marianne de Delacroix guidant le peuple de son sein nu avec le plus beau des drapeaux porté fièrement envers et contre tous, et toute adversité ? Il est celui qui fut brandi pendant la bataille de Valmy au cri de « vive la Nation », il fut celui qui fut brandi après le siège de Belfort, il fut celui qui se levait des tranchées de Verdun et de la Somme, il fut celui qui fleurit toutes les maisons pendant la libération au passage de la deuxième DB à Paris avec à sa tête les Républicains espagnols de la Nueve; et on pourrait encore à l’envie reproduire les exemples qui font qu’il est l’exact antinomie de ce qu’est l’extrême-droite. Mais à trop laisser les symboles, la nature a horreur du vide, d’autres l’ont récupéré scandaleusement.

 

Une certaine gauche, disons les choses, a commencé à cacher ce drapeau au sortir de la guerre, confondant Nationalisme qui fit la guerre et Patriotisme qui était l’amour des siens. Le mouvement ne fit que s’accentuer après mai 68 et une certaine « boboisation » des esprits déjà. Mais c’est bien derrière ce drapeau que la France et les Français se réunissent, se retrouvent au moment des grands événements. Regardez la victoire de la coupe du monde de football en 98. Au moment de Charlie, plus d’un drapeau avait déjà surgi des domiciles et dans les cortèges. Car quoiqu’en disent les oiseaux de mauvaise augure et les euro béats, il y a un lien charnel des Français avec la France, avec son hymne la Marseillaise, avec son drapeau. Notez qu’on ne voit aucun drapeau européen, dans aucun rassemblement spontané, sur aucun domicile, sur aucun fronton, AUCUN. N’est-ce pas symptomatique ? Et si je ne devais rajouter qu’un fait : depuis les attentats, les centres de recrutement de l’armée n’ont jamais autant reçu de volontaires. Ce ne sont pas des désœuvrés, ce ne sont pas des chômeurs qui sont rentrés après avoir vu de la lumière ; pour en avoir parlé avec qui de droit et bien placé, ce sont des jeunes, et des moins jeunes, réfléchis, qui veulent défendre la France, ses valeurs et les Français, les armes à la main, et qui veulent bouter l’islam INTEGRISTE comme les Français ont voulu virer le boche en 14 et en 39.

 

Moi la Patrie, je l’ai apprise très jeune. Mon livre de chevet reste « Le tour de la France par deux enfants » que m’avait fait découvrir ma maman alors que j’étais en primaire. J’ai été élevé dans l’univers concentrationnaire, dans la Mémoire de la Déportation, mais cela n’a rien de morbide. Au contraire, c’était pour me transmettre l’espoir, que tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir, et que l’espoir fait vivre. Ils étaient debout, d’aucuns n’ont jamais voulu poser un genou à terre, ils sont morts pour ne pas avoir plié. On m’a dit un jour au cours d’un serment « jamais plus tu ne mettras un genou à terre ».  Qu’aurai-je fait en 40 ? Facile à dire quand on n’est pas devant le fait accompli. Aujourd’hui, on est en guerre, y compris sur notre territoire et je le dis : je veux rester debout.

 

 Debout comme le fit Jean Moulin. Il préféra se suicider plutôt que parler. La mort n’a pas voulu de lui à cet instant. Il a résisté jusqu’à la mort plutôt que parler par la suite. Il est resté debout, il n’a pas eu peur de la mort. Ou peut-être a-t-il eu peur mais il l’a accepté. Il le fit pour la France, pour la République, pour les Français, pour de Gaulle. Et ceux qui se disent héritiers de de Gaulle, qui se parent de l’épithète républicain et qui sont les seconds à crier à la récupération politique ferait bien de se replonger dans leur manuel d’histoire de temps en temps.

 

Je l’ai dit en statut sur les réseaux asociaux : le premier que je vois appeler dans mon entourage au boycott, je le vire à grands coups de pompe dans le cul. Non, je n’apprécie pas plus que ça le Président Hollande et sa politique, mais oui demain, je respecterai son appel à l’unité nationale car ce dont ont besoin les Français en ces heures sombres ce n’est pas de vaines et petites polémiques politiciennes de ceux espérant grappiller par ci par là un infime pourcentage pour les régionales ; ce dont nous avons le plus besoin c’est plus de France, plus de République, c’est d’unité, c’est ce que fit Jean Moulin. Je veux faire grandir mes petits-enfants dans un monde en paix. Alors pavoisez, sortez vos drapeaux, soyez fiers de la France, soyez fiers de ce qu’elle est, soyez fiers de ce que vous êtes. Entre autres, Debout et sans peur !

 

A noter, j’ai fait un condensé de ce que je viens de vous écrire chez Bourdin ce matin, écouter le lien ci-dessous.

 

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-2611-bourdin-direct-les-auditeurs-9h-10h-281441.html

Mon drapeau : debout et sans peur par Grégory Baudouin
Mon drapeau : debout et sans peur par Grégory Baudouin
Mon drapeau : debout et sans peur par Grégory Baudouin
Mon drapeau : debout et sans peur par Grégory Baudouin

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents