Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baudouin.gregory.over-blog.com

baudouin.gregory.over-blog.com

Honneur et Patrie, telle est ma devise. Ancien des Troupes Aéroportées, je suis Président du Cercle Jean Moulin. Patriote Républicain; Jean Pierre Chevènement est, avec Jean Moulin, ma référence. Retrouvez ici ma chronique et l'actualité de Jean Pierre Chevènement


Fils de pétain Par Grégory Baudouin

Publié par Grégory Baudouin sur 12 Août 2015, 19:35pm

Catégories : #Grégory Baudouin, #la Chronique

Que le bouffon et le mythomane me haïssent et me poursuivre toujours de leurs foudres via leurs affidés et autres séides, cela peut se comprendre : nous n’avons rien en commun, tout nous sépare, nous luttons même les uns contre les autres pas seulement pour des idées politiques mais pour une conception de la civilisation.

 

Mais qu’il en soit de même « d’amis », cela me fait rester sur le cul  d’autant que les années qui passent amènent leur lot de surprises. Je suis de ces gens qui ne font pas, semble-t-il, dans le juste milieu ; ou on m’adore ou on me déteste. Je suis de ceux que d’aucuns surnomment « l’engagement » car lorsque j’épouse une cause, je m’y donne à fond. Trop parfois me dit ma maman.

 

Lorsque les coups  viennent « d’amis », on ne peut qu’être surpris, parfois déçu, surtout quand on apprend de qui vient le dernier coup dans le dos, de façon anonyme, d’une personne pour qui j’avais toujours du respect, de l’estime et qui ne manquait pas de me serrer la louche avec grands renforts de sourires au hasard de nos rencontres. Apprendre en plus que ce même personnage prend aujourd’hui appui sur mes enfants en disant : « le fait que l'intéressé voue une haine féroce à JL Laurent et C Coutard [je n’étais pas courant, je le découvre], entre autres, et soit le père de 2 jeunes filles prénommées respectivement Marianne et... Nisa, ne doit surtout abuser personne sur les soucis que causerait son retour officiel dans le sillage de JP Chevènement ! ». Le bouffon et le mythomane nous avaient menacé de mort via l’un de leurs sbires qui avait posté une photo de moi avec mon épouse et mes enfants avec une cible sur nos poitrines légendée « les cibles », tant est plus que le DDSP sur instruction du Préfet nous avait mis sous protection policière, mais qu’un « républicain » ex-ami de surcroit utilise ce type de méthode… cela me laisse sans voix.

 

De ce fait, c’est comme une impression de traverser le Styx. Il faut ramer, ramer, parfois à contre-courant, aller vers une issue, qui s’avère sans, revenir, rebondir, repartir, aller vers une autre voie, qui peut être un sens unique, ne pouvoir pas même tourner, rester sur le côté, avant de repartir. C’est épuisant. Mais quand on est sûr de n’avoir rien à se reprocher, quand ces fils de Pétain ne sont pas à même eux de dire le pourquoi de ce courroux, alors on appuie sur la pédale, on passe la vitesse et parfois on passe à la vitesse supérieure. Je me bats et je me battrai de nouveau pour rejoindre Jean-Pierre Chevènement. Je l’ai servi pendant 18 ans, j’y arriverai de nouveau. A mon départ, il y a quelques années, il avait dit dans une interview au JSL « j’espère qu’il reviendra ». Je suis persuadé que depuis il ne sait pas que des amis à lui, dont il s’est séparé, empêchent ce retour.

 

Après on a les petites victoires que l’on peut. L’un de ces fils de Pétain était à côté d’un copain au cours d’un concert. Je salue le copain. L’autre se tourne ostensiblement. Je le contourne et lui dit  « tu sais que la simple courtoisie et politesse ne t’empêche pas de dire bonjour ». Il n’a pas osé dire mot. Je suis donc resté où j’étais avec mon épouse et l’une de mes filles, à 30 centimètre « de son cul » afin de profiter de Michel Jonasz. Mal à l’aise, il n’a eu de cesse que de se tourner et se démonter les cervicales pendant une demi-heure pour se tourner tout en regardant au-dessus de ma tête afin de voir si j’étais toujours là tout en faisant celui qui ne me regardait pas. Après un temps certain,  il est parti pour se mettre au bout de la foule. Ce sont les plus gênés qui s’en vont dit-on. Lui aussi me voue une inimitié, sans jamais avoir eu le courage de me le dire en face et dont j’ignore la raison ou la cause.

 

Au bout du compte, j’y arriverai. Il en sera de même, ailleurs, bientôt, dusse ai-je y passer encore un bout de temps à traverser ce putain de Styx mais j’y arriverai, je vous le promets et je démontrerai que je ne suis en rien « préjudiciable » ; car à part une inimitié personnelle, vous - oui vous - vous êtes bien incapable de dire en quoi j’ai pu porter à atteinte à qui que ce soit et en quoi je serai dangereux pour le patron. J’ai dis.

 

Par le ciel, partout, pour tous, avec vigilance et persévérance, l’heure du repos n’est pas arrivée. Que le Force soit avec vous, Salut et Fraternité.

 

Fils de pétain Par Grégory Baudouin

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents