Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baudouin.gregory.over-blog.com

baudouin.gregory.over-blog.com

Honneur et Patrie, telle est ma devise. Ancien des Troupes Aéroportées, je suis Président du Cercle Jean Moulin. Patriote Républicain; Jean Pierre Chevènement est, avec Jean Moulin, ma référence. Retrouvez ici ma chronique et l'actualité de Jean Pierre Chevènement


2013.09.17 « La femme grillagée » par Grégory Baudouin, Président du Cercle Jean Moulin

Publié par Cercle Jean Moulin sur 17 Septembre 2013, 15:34pm

Catégories : #Grégory Baudouin, #Cercle Jean Moulin, #la Chronique, #Laïcité

« La femme grillagée ». J’écoutais cette formidable chanson de Pierre Perret que je découvrais par hasard et qui n’eut pas le succès auquel elle aurait pu prétendre.

 

« Quand la femme est grillagée
Toutes les 
femmes sont outragées 
Les 
hommes les ont rejetées 
Dans l’obscurité… »

 

 

 

Pierre Perret, ce saltimbanque que d’aucuns ne voient qu’en pitre avec « le zizi » et « les jolies colonies de vacances ». Et pourtant, à l’instar d’autres grands chanteurs, d’autres grands auteurs, d’autres grands compositeurs comme par exemple Nino Ferrer, il est bien plus qu’un fou chantant des chansons légères, voire paillardes. Pierre Perret n’est que trop enfermé dans cette image du comique chantant qui le réduit et n’aura pas donné la plénitude de son talent et ses capacités.  Ils auront été un certain nombre à peut-être être passés à côté de leur vraie carrière. De vrais talents, de vraies sensibilités, de vrais artistes. On l’a dit pour Pierre Perret et Nino Ferrer mais c’est valable aussi pour Boby Lapointe, Richard Gotainer, Henri Salvador, voire c’est valable pour Patrick Topaloff ou Carlos. Des chanteurs qui auront souffert de leur vivant de cette image, de se voir réclamer à chaque concert leurs galéjades et de se faire siffler ou huer dès qu’ils entonnaient un morceau exceptionnel confectionné par leurs soins et qui était des plus sérieux.

 

Ils ne purent jamais réellement s’exprimer, un peu comme ces femmes grillagées .

 

« Elle ne prend jamais la parole
En public, ce n’est pas son rôle
Elle est craintive, elle est 
soumise 
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
À ne pas contrarier son maître
Elle n’a droit qu’à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa 
couture …»

 

Quand on lit de tels poèmes, on dit « respect » et on s’incline. Ces rimes ne seraient pas reniées par Alain Bashung, Serge Gainsbourg, Jacques Brel, Jean Ferrat, de cette époque bénie des chanteurs à voix et à texte.  Quand on lit cela, on comprend pourquoi les dictateurs de tous poils brûlent les bibliothèques dès qu’ils ont pris le pouvoir : afin d’annihiler la culture, faire taire le peuple et l’empêcher de réfléchir.  

 

Comme quoi, parfois, la sémantique, les mots peuvent faire plus de dégâts que le 5.56 OTAN d’un FAMAS. Parfois…

 

Pierre Perret avait déjà frappé fort, il y a de cela quelques années avec « Lily », nous délivrant régulièrement des pépites de ce genre. Rappelez-vous :

 

« Elle croyait qu'on était égaux, Lily
Au pays de Voltaire et d'Hugo, Lily
Mais pour Debussy en revanche
Il faut deux noires pour une blanche
Ça fait un sacré distinguo… »

 

Mais une question me vient à l’esprit : que dire de plus ? …

 

Que la Force soit avec vous, salut et Fraternité.

 

http://www.pierre-perret.fr/2011/11/ecouter-femme-grillagee-pierre-perret/

http://www.youtube.com/watch?v=Y7f3c9whZ-w

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents